Acceptez (suite)

Publié le par elizabeth971

Le deuxième jour, mon organisation n’a pas été très concluante.

Je m’en suis bien sortie le matin (arrivée à Basse-Terre à six heures, pris un bus un peu plus rapide que la veille et arrivée à l’hôtel vers huit heures et demie) mais l’après-midi a été assez galère : le bus dans lequel j’étais montée s’arrêtait dans tous les villages.

A un moment, un contrôleur est monté. Vite, deux ou trois passagers sont descendus par l’arrière.

Ça n’a pas dérangé le contrôleur qui a juste contrôlé avec nonchalance ceux qui étaient encore là et il y en avait encore pas mal. Il a ensuite fait son rapport auprès du chauffeur, a bavardé avec lui pendant dix minutes et est reparti.

 Le bus est retourné sur la route nationale (on était alors sur une route secondaire) et, comme il y avait eu un accident de camion, on s’est retrouvés dans un embouteillage important qui nous a un peu plus retardés.

Je suis arrivée à Basse-Terre après le départ de mon dernier bus mais le facteur de ma commune m’a trouvée sur le bord de la route et m’a emmenée chez moi.

J’ai eu de la chance.

 

Le lendemain, j’ai emmené mon sac de voyage car j’avais une place à l’hôtel : un des auteurs devait partir. Il me laissait sa chambre.

 

Je suis arrivée très tôt (vers huit heures) et j’ai déposé mon sac à la réception. J’ai alors pu profiter pleinement - de la Rencontre - mais aussi du confort de l'hôtel. La galère du trajet en bus était terminée.

 

L’activité principale de la "Rencontre" était la création de petites pièces de théâtre en collectivité.

 

A partir du mercredi, nous avons écrit, corrigé, traduit, mis en scène et joué -ou plutôt lu -. Nous étions auteurs et acteurs et nos metteurs en scène nous dirigeaient.

 

 Nous avons pris le bus le vendredi et sommes allés jouer l’après-midi à Basse-Terre où je suis restée après (puisque j'habite dans la région de Basse-Terre) tandis que mes camarades repartaient sur Pointe-à-Pitre. Depuis cette expérience théâtrale, unique dans ma vie, j’ai du mal à quitter mes amis par l’esprit.

 

Je suis toujours un peu avec eux.

J’espère les revoir.

J’ai regardé sur internet qui étaient ceux avec qui j’ai passé une semaine dans une sorte d’intimité spirituelle aussi intense (même si parfois, bien sûr, nous nous disputions, nous nous faisions la gueule, nous n’étions pas d’accord sur tout). Certains de mes camarades n’ont pas de fiche d’auteurs sur internet (comme moi - quoique ...si, j'en ai une, mais pour une publication faite dans le cadre de mon travail).

D’autres, dont je n’avais jamais entendu parler auparavant pourtant, sont de véritables auteurs très prolifiques tels Kazen qui a à peu près mon âge et qui, très jeune, a fui l’Iran - où il avait été emprisonné et torturé - pour se réfugier en France où il écrit, met en scène et joue ses pièces de théâtre ; ou Josette, la guadeloupéenne qui est auteur-compositeur et a surtout travaillé en Italie ; ou encore Larry, auteur canadien de nombreuses pièces de théâtre et acteur,….

 

Nous étions tous ensemble et les auteurs les plus professionnels, autant que les moins professionnels, jouaient le jeu, s’amusaient, buvaient des punchs – parfois trop- profitaient de la mer, admiraient les bateaux de la Route du Rhum qui arrivaient les uns après les autres,….

 

Et le dernier jour - vendredi, donc -, quand nous avons joué nos pièces dans lesquelles nous étions tour à tour auteurs, acteurs, metteurs en scène, nous étions tous unis dans une sorte d’amour sans le moindre esprit de compétition. Nous étions émus par moments, nous éclations de rire à d'autres moments. Nous étions tous ensemble, dans le moment présent, nulle part ailleurs que dans le moment présent et dans le lieu où nous jouions nos pièces. Depuis, je n’ai plus qu’une envie : écrire.

Ecrire surtout pour faire partie de ce monde-là, pour revoir mes amis avec qui j’ai partagé des moments aussi précieux.

Publié dans spiritualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> <br /> C'est une trop chouette expérience. Je comprends que cela te motive,te donne la pêche et envie d'écrire!!! Avec tout cela tu as le temps d'écrire ta pièce de théatre?<br /> <br /> <br /> Moi je n'écris plus en ce moment. J'ai trop de problèmes d'ordinateur. Je viens juste d'en récupérer un....mais je ne peux plus utiliser Words,ce qui me pose un problème vu que j'écris là-dessus.<br /> Mais de toute façon,je ne suis pas certain que si j'avais un ordinateur nickel,j'écrirais plus.....c'est étrange ce manque d'envie qui m'est tombé dessus d'un coup il y a quelques mois. Tu vois<br /> je renvoie mon ordinateur le 10 décembre pour récupérer du nouveau matériel à la réunion de rentrée de janvier. Je vais donc être presque un mois sans ordinateur et je me dis que c'est peut-être<br /> bien la fin de blogue qui est proche....<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> Quand on n'a pas "word", sur son ordinateur, il suffit d'acheter "open office". ça fait trois ans que j'ai mon open office (je l'ai acheté quinze euros) et je l'utilise pour mon ordinateur<br /> (l'ancien et celui que je viens d'acheter parce que le précédent était en panne) et mon fils l'a utilisé aussi. Les nouveaux ordinateurs n'ont plus word (sauf les chers) et open office suffit.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> <br /> Ah superbe experience, je vois que tu as bien fait de sacrifier ta dernière semaine de vacances pour ça<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> <br /> merci pour ton commentaire et j'espère que tout va bien pour toi, bisous<br /> <br /> <br /> <br />